Accueil Littérature « L’ère des suspects »

« L’ère des suspects »

0
0
30
Capture

« L’Ère des suspects »

de Gilles Martin-Chauffier

twitter_logo_640.0Jordan Muzyczka

C’est quoi ce livre ?

Un enfant est mort dans une cité située en banlieue parisienne. Est-ce un accident ? Si non, qui l’a tué ? Et pourquoi ?

Et donc ça parle de…

Dans l’ « Ère des suspects », son douzième roman, Gilles Martin-Chauffier se sert d’un fait divers pour dresser un portrait, tantôt drôle, tantôt sombre de notre société française. Derrière la mort de ce jeune d’origine maghrébine, le journaliste se demande à qui profite cette mort (ou à qui elle ne profite pas), en alternant les points de vues.

Image de prévisualisation YouTube

Pourquoi c’est intéressant ?

Des organes du pouvoir (Élysée, ministère de l’Intérieur), à un commissariat de banlieue parisienne en passant  par une citée et la rédaction d’un journal, le lecteur s’immisce tour à tour dans l’intimité des différents protagonistes. Et ils sont bien dépeints. S’ils peuvent sembler de prime abord caricaturaux, les personnages, qu’ils soient agent de police, dealer, haut-fonctionnaire, journaliste sont décrits justement, avec ce qu’il faut, où il faut.

Prenons le dealer. Sans dire s’il est bon ou mauvais, s’il est coupable ou non dans cette histoire, sa vision des événements (et plus globalement de la France) est traité pour qu’il puisse porter à débat, avec son avis.

« Ces Français qui nous regardent de haut, je finirai pas les haïr. Les Arabes sont au chômage, vivent dans des ghettos, acceptent les tâches les plus dégradantes, essuient les pires insultes et les insinuations les  plus ridicules mais restent une plaie pour leur chère société. »

« La France, c’est l’Inde et l’Angleterre réunies : une société de castes aussi infranchissables qu’inavouées. A quinze ans, si tu n’as pas derrière toi dix années de scolarité chez les jésuites et un dossier d’inscription prêt pour les grandes prépas, tu peux te rhabiller, il ne te reste qu’à faire bouffon à la télé ou joueur de foot. »

Tout l’œuvre est traitée de cette façon. Alors oui, il y a du cynisme. Mais le roman est intéressant car il interroge. Qui sont ceux qui vivent dans les « territoires oubliés de la République », les « zones de non droit » comme on a pu le lire et entendre par endroit ? Quelle place tient l’islam dans ces lieux ? La justice est-elle toujours neutre ? La politique sert-elle l’intérêt général ? Dans ce livre, nous sommes tous impliqués, tous « suspects ».

Dans un entretien accordé à France Culture, Gilles Martin-Chauffier explique s’inspirer de Mathieu Molé, haut fonctionnaire sous la monarchie de juillet (XVIIIe – XIX siècle) et d’un de ses déclarations: « Chateaubriand a un don pour s’émouvoir de ce qu’il ne ressent pas », dans le sens: Comment des gens s’emparent d’une situation pour donne une bonne image d’eux.

Les points négatifs ?

Très peu de points négatifs. On aurait aimé que les personnalités des différents protagonistes soient plus développées, comme celle de la victime, le jeune Driss, « musulman français ». Dans l’entretien à la radio public, l’auteur se désole que « ces gamins », comme lui, ne ne parviennent pas à s’émanciper grâce à l’école. Ce jeune aurait mérité d’être plus construit dans ce livre.

Une citation à retenir ?

« Arrêtez avec ça. La communauté chrétienne ne présente pas ses excuses à chaque fois qu’un prêtre caresse un enfant de choeur. Et, que je sache, personne n’attend d’excuses des juifs français quand les Israéliens massacrent des Palestiniens. Pourquoi plaider coupable pour des crimes qui nous révulsent ? »

Et donc ?

Rédigé de façon agréable, le roman se dévore d’un trait. Plaisant à lire, incitant à la réflexion, je le recommande.

 

L-ere-des-suspects

 

« L’Ère des suspects »

de Gilles Martin-Chauffier

Publié chez Grasset (2018)

Disponible ici

 

  • AVT_M-Agueev_9941

    « Roman sous cocaïne »

    « Roman sous cocaïne » Aguéev Jordan Muzyczka « Pour un homme amoure…
  • Photo Flammarion

    « Vacarme »

    « Réveille-toi, heureusement que je suis là. Si je ne m’en tenais qu’à toi, nous serions d…
  • Les Inrockuptibles

    « Cadavre exquis »

    « Cadavre exquis » d’Agustina Bazterrica  Jordan Muzyczka &nbs…
Charger d'autres articles liés
  • AVT_M-Agueev_9941

    « Roman sous cocaïne »

    « Roman sous cocaïne » Aguéev Jordan Muzyczka « Pour un homme amoure…
  • Photo Flammarion

    « Vacarme »

    « Réveille-toi, heureusement que je suis là. Si je ne m’en tenais qu’à toi, nous serions d…
  • Les Inrockuptibles

    « Cadavre exquis »

    « Cadavre exquis » d’Agustina Bazterrica  Jordan Muzyczka &nbs…
Charger d'autres écrits par samulak
  • AVT_M-Agueev_9941

    « Roman sous cocaïne »

    « Roman sous cocaïne » Aguéev Jordan Muzyczka « Pour un homme amoure…
  • Photo Flammarion

    « Vacarme »

    « Réveille-toi, heureusement que je suis là. Si je ne m’en tenais qu’à toi, nous serions d…
  • Les Inrockuptibles

    « Cadavre exquis »

    « Cadavre exquis » d’Agustina Bazterrica  Jordan Muzyczka &nbs…
Charger d'autres écrits dans Littérature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Sakamoto, pour vous servir (Sakamoto desu ga)

L’homme parfait existe, il s’appelle Sakamoto. Sorti tout droit du crayon et d…