Accueil Littérature Agis comme si j’étais toujours à tes côtés

Agis comme si j’étais toujours à tes côtés

0
0
44
2

La Shoah, les camps de concentration, la Seconde Guerre mondiale, un pan de l’Histoire qui a donné naissance à pléthore d’œuvres, tantôt fictives, tantôt réelles, à l’instar du très bon Le Pianiste de Wladyslaw Szpilman. Tout et rien a été évoqué à la fois sur ces sujets, alors que vient ajouter Agis comme si j’étais toujours à tes côtés au sel de l’Histoire? Tout. Et rien à la fois.

twitter_logo_640.0Jordan Muzyczka

« On croyait savoir
et on ne savait pas encore,
ni à quel point. »

Pour reprendre les propos du philosophe français Vladimir Jankelevitch, propos eux-mêmes repris par le Grand rabbin Émérite du Bas-Rhin et de Strasbourg, René Gutman qui signe la préface de cet ouvrage, pourquoi lire ces quelques 177 pages.

Simplicité, authenticité, pudeur; trois termes qui collent au travail « de mémoire » réalisé par Simone Polak, en collaboration avec Muriel Klein-Zolty. Presque 70 ans après avoir été déportée au camp d’Auschwitz-Birkenau, célèbre usine de mort qui, à presque lui seul, aura tué environ un millions sur les six millions de juifs tués au cours de la « Deuxième guerre ».

  • Dans cet ouvrage deux points sont intéressants: celui de la survie ainsi que la chronologie de la déportation.

On connait le monument littéraire Si c’est un homme (dont l’article est présent sur notre site Samulak), précurseur dans cet art de la survie dans les camps, nous avons Agis comme si j’étais toujours à tes côtés. Dans une moindre mesure, Simone Polak et Muriel Klein-Zolty emboitent le pas à Primo Lévi.

Simone Polak narre comment sa peau n’a pu être sauvée que grâce à une déportation tardive (1944) ainsi qu’à une compagne de fortune, Sarah, d’origine turque.

Celle-ci l’aidera à conserver sa part d’humanité dans le camp de la mort. « Il ne fallait pas se laisser envahir. Il fallait s’abstenir de penser et de ressentir ; le quotidien de notre vie d’esclave ne nous permettait aucune faiblesse », confie en ce sens Simone Polak.

L’entretien complet,
sur le travail d’écriture,
sur ce passé douloureux,
sur notre société actuelle,
à retrouver en intégralité dans cet entretien réalisé pour RCF

L’autre point, des plus intéressants, concerne la chronologie. Dans le livre, Simone Polak n’est qu’une toute jeune adolescente juive vivant à Saverne, au nord de l’Alsace. Quand les Nazis débarquent, elle et sa famille doivent s’enfuir dans le Jura. S’ensuivra, à terme, la déportation, le quotidien au camp, puis lors de la Libération, la reconstruction, lente, difficile et douloureuse, tant physique que psychologique.

« Même au sein de ma propre famille j’étais seule »

« Le silence que nous gardions sur notre passé était entre nous un art de vivre »

Ce sont toutes ces étapes, racontées, simplement, qui font l’un des intérêts majeurs de l’ouvrage. Si j’insiste sur le côté « simple » est que le style littéraire peut en dérouter certains, à cause par endroit, du trop plein de neutralité des auteures. Simplicité, authenticité et pudeur.

 

Agis comme si j’étais toujours à tes côtés
                                   De Simone Polak & Muriel Klein-Zolty71DPML+8p4L

                        Sortie: Novembre 2018
Pages: 177
                     Éditeur: Le Manuscrit
           Prix: 19 euros 90

 

 

 

 

 

  • sdr

    Chambre n°3

    Quel beau et lourd sujet que celui de la mémoire. Alzheimer est une maladie que nous conna…
  • child_cute_dad_father_love_man_nature_parent-934563

    Un bonheur que je ne souhaite à personne

    « N’importe quelle mère pourrait être à ma place, c’est le contexte qui fait le…
  • khazars2-1021x580

    Le vent des Khazars

    S’il y a bien une personne qui devait parler des Khazars, c’est bien Marek Hal…
Charger d'autres articles liés
  • sdr

    Chambre n°3

    Quel beau et lourd sujet que celui de la mémoire. Alzheimer est une maladie que nous conna…
  • child_cute_dad_father_love_man_nature_parent-934563

    Un bonheur que je ne souhaite à personne

    « N’importe quelle mère pourrait être à ma place, c’est le contexte qui fait le…
  • khazars2-1021x580

    Le vent des Khazars

    S’il y a bien une personne qui devait parler des Khazars, c’est bien Marek Hal…
Charger d'autres écrits par samulak
  • sdr

    Chambre n°3

    Quel beau et lourd sujet que celui de la mémoire. Alzheimer est une maladie que nous conna…
  • child_cute_dad_father_love_man_nature_parent-934563

    Un bonheur que je ne souhaite à personne

    « N’importe quelle mère pourrait être à ma place, c’est le contexte qui fait le…
  • khazars2-1021x580

    Le vent des Khazars

    S’il y a bien une personne qui devait parler des Khazars, c’est bien Marek Hal…
Charger d'autres écrits dans Littérature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Les Sarkozy, une famille française

L’ancien président de la République ne donnait presque plus signe de vie depuis sa d…