Accueil Littérature Le vent des Khazars

Le vent des Khazars

0
0
98
khazars2-1021x580

S’il y a bien une personne qui devait parler des Khazars, c’est bien Marek Halter. L’écrivain franco-polonais a écrit durant toute sa carrière sur le judaïsme, dans La mémoire d’Abraham, Jérusalem ou Le Kabbaliste de Prague. Avec Le vent des Khazars, parut en 2001, c’est un pan méconnu de l’histoire juive qui nous est retracé.

twitter_logo_640.0JordanMuzyczka

Peuple historique sans histoire

Les livres d’histoire n’ont pas de places pour les Khazars. Pourtant, ils ont, paradoxalement, marqué l’Histoire. Les Khazars sont le premier et seul peuple non-Juif à s’être converti au judaïsme. Pour résumer:

Les Khazars apparaissent sur les bords de la mer Noire vers l’an 600 (après J-C), dans ce qui est actuellement la Russie, l’Ukraine, l’Azerbaïdjan. Leur royaume est prospère, mais enclavé entre deux voisins puissants: Les Arabes, les Chrétiens et les Slaves, alors barbares.

khazaria1

Une estimation du royaume Khazars.

Pour tenter de survivre, coincés entre ces puissants voisins, les Khazars s’allient tantôt avec les uns, tantôt avec les autres. Vers la moitié du VIIIè siècle, ils décident de se convertir au judaïsme, seule religion qui n’est pas présente dans cette zone du globe, pour rester neutre. La « tendance » à cette époque est d’épouser une religion monothéiste, symbole d’un état stable et prospère. Les Slaves, se convertiront au Christianisme avant la fin Xè siècle. C’est à cette période que le peuple Khazar disparaîtra, anéanti par les Slaves lors de guerres.

La conversion au judaïsme leur aura permis de survivre pendant près de trois siècles. Mais aussi de prospérer, ayant inventé le caviar, fondé la ville de Kiev, berceau de la Russie et transmis leur connaissance sur comment fabriquer le papier ou frapper une monnaie. Les descendant se sont en grande partie exilés en Europe, mélangés « en même temps que d’autres réfugiés juifs, les Ashkénazes, expulsés de France, de Flandre et d’Allemagne par les premières croisades« , explique Marek Halter, qui rajoute: « Quel était le pourcentage des uns et des autres dans ces six millions de Juifs que, des siècles plus tard, les nazis enverront à la mort?« 

marek_halter_0

L’écrivain Marek Halter

Un roman, deux récits

C’est donc cette histoire que nous raconte Marek Halter dans son roman. Il a tenté de retranscrire fidèlement la « réalité » historique (tant de nombreux points continuent à faire débats auprès des historiens, parler d’une seule réalité est compliquée): il y a les noms des personnages, celui-ci des lieux, les modes de vie, etc. Viennent ensuite les éléments romanesque, avec ses combats, ses faces-à-faces, ses dialogues.

Comme dans La joueuse de Go, nous avons là affaire à un diptyque. Un chapitre nous transporte à l’époque des Khazars; le suivant a écho à notre époque contemporaine. Et là, le récit est plus romanesque.

Marc Sofer est un écrivain las, morne, sans inspiration. Mais on remarque rapidement qu’il s’agit de Marek Halter. Une touche de réalisme pour rappeler que tout le scénario qui se déroule au fil des pages est plausible, les événements sont d’actualité.

« J’ai écrit des pages et des pages concernant la vie et l’histoire des Juif.
J’ai rêvé que ces pages aideraient les Juifs, nous aideraient tous, Juifs ou non-Juifs, à vivre plus en paix, avec nous-mêmes et avec les autres or, après tant de mots, de pages et de livres, la paix n’est toujours pas au rendez-vous.
Ni en Israël, ni dans les cœurs ». 

Après, évidemment, il y a le côté roman d’espionnage. On voyage, Bruxelles, Paris, Londres, Bakou; on doit faire faire face à des ennemis; il y a du mystère, des intrigues, une romance. C’est un James Bond mais sans l’agent secret 007.

Le style d’écriture est simple; l’ouvrage se déguste rapidement, à la façon d’un livre de plage ou que l’on lit dans le train.51TDRRV0GWL._SX210_

 

En bref:
Un récit qui a le mérite de mettre en avant un pan oublié de l’Histoire.
Passé quelques jours et tout cela s’en va. Le Vent des Khazars est un livre au goût sympathique en bouche, mais dont l’arôme s’évapore rapidement. Trop peut-être.

 

 

Sachez également qu’il existe une bande-dessinée inspirée du roman de Marek Halter. Elle est éditée chez Glénat, deux volumes son disponibles.

PlancheS_36075

Une planche de la BD « Le vent des Khazars ».

  • sdr

    Chambre n°3

    Quel beau et lourd sujet que celui de la mémoire. Alzheimer est une maladie que nous conna…
  • 2

    Agis comme si j’étais toujours à tes côtés

    La Shoah, les camps de concentration, la Seconde Guerre mondiale, un pan de l’Histoi…
  • jiro-taniguchi

    Quartier lointain

    Il laisse un sentiment étrange comme une langueur qui s’empare du lecteur. Quartier …
Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par samulak
Charger d'autres écrits dans Littérature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Acide sulfurique

Attention, ça picote, ça gratte, ça démange, la télé-poubelle télé-réalité dans ce qu&rsqu…