Accueil Littérature Il n’y aura pas de paradis

Il n’y aura pas de paradis

0
0
155
RK

Après avoir découvert Ébène- Aventures africaines, on retrouve notre Tintin polonais dans Il n’y aura pas de paradis.
Ryszard Kapuscinski l’avait d’abord baptisé La Guerre du foot et autres guerres et aventures. Puis il a été réédité dans le titre que nous connaissons désormais: Il n’y aura pas de paradis.

twitter_logo_640.0@JordanMuzyczka

On retrouve tous les éléments qui ont fait la force d’Ébène- Aventures africaines: de l’aventure, des explications sur l’Afrique ou cette fois aussi, l’Amérique Latine, mais aussi une touche beaucoup plus personnelle, plus intime. Vous avez deux raisons de lire (ou relire) Il n’y aura pas de paradis: vous découvrirez un journaliste, un homme. Avec ses doutes, ses critiques, ses joies, un Ryszard Kapuscinski qui donne l’impression de ne parler qu’à vous, en compagnon de voyage; vous retrouverez aussi toutes les explications pour comprendre l’Afrique, et dans une moindre mesure l’Amérique Latine.

Un livre plus intimiste

 « Faire sa valise, la défaire, la refaire, la redéfaire, la refaire, une machine à écrire, un billet, un aéroport, une passerelle, un avion, attachez vos ceintures, le décollage, détachez vos ceintures, le vol, le tangage, le soleil, les étoiles, l’espace, le déhanchement des hôtesses de l’air, le sommeil, les nuages, le ralentissement des turbines attachez vos ceintures, la descente, la passerelle, l’aéroport, le carnet de vaccination, le visa, la douane, le taxi, les rues, les maisons, les gens, l’hôtel, la clé, la chambre, l’air étouffant, la soif, la différence, l’étranger, la solitude, l’attente, la fatigue, la vie. »

Dans Il n’y aura pas de Paradis, Ryszard Kapuscinski raconte bien évidemment ses angoisses. En reportage,  l’homme a risque un nombre incalculable de fois sa vie pour mener à bien son travail. Alors qu’une révolution éclaté au Congo, colonie belge à cette époque, notre journaliste veut s’y infiltrer tandis que la zone est totalement fermée au monde extérieure. Et dangereuse. Il ne dit rien à la direction de son média, « Je change en douce mon billet d’avion », et direction le pays d’Afrique centrale. Il s’y rend avec un collègue Tchèque. « Il [...] me prévient que ce voyage peut nous coûter la vie. Il me donne une copie de son testament qu’il a déposé à l’ambassade. Il faut que je fasse la même démarche. » Le ton est donné.

Image de prévisualisation YouTube

Mais ce ne se sont pas les éléments qui retiennent le plus l’attention, bien qu’ils soient impressionnant. Ryszard kapuscinski a connu le continent noir pendant 40 ans. Des décennies qui l’ont transformé. Aussi, quand ses missions sont terminées et quand il revient dans son pays, la Pologne, l’homme se sent exclu, « abattu », « déconcentré », « J’avais laissé une partie de moi-même »: « Les gens parlaient de tel collègue ayant remplacé un autre à Koszalin […] ou bien ils s’échangeaient des tuyaux sur les moyens de passer des vacances en Bulgarie ».

Ce Polonais, devenu étranger en Pologne, traîne son mal-être comme un poids. Son rédacteur en chef  lui offre une promotion et l’installe dans un bureau à son nom. Mais le reporter le vit très mal et ne mâche pas ses mots avec ce qu’il considère être un « instrument d’esclavage ».

« Une fois installé à un bureau, l’homme devient incapable de s’en détacher. […] Assis à son bureau, l’homme se met à penser différemment, il change son point de vue  sur le monde, son échelle de valeurs.

Pour lui, l’humanité se divise en deux catégories : ceux qui n’ont pas de bureaux et ceux qui en ont un, et ces derniers se subdivisent en ceux qui ont des bureaux importants et ceux qui ont des bureaux moins importants.

Sa vie désormais sera un parcours fanatique d’un bureau plus petit à un bureau plus grand. […] Installé à son bureau, il se met à parler une autre langue. Désormais il sait, alors qu’hier, sans bureau, il ne savait rien. »

Pour notre professionnel, rencontrer les population, vivre leur quotidien est essentiel pour être journaliste. Surtout, il est passionnément attaché aux Africains. Il n’hésite jamais à louer leur débrouillardise, dénués de tout biens matériels, l’Africain n’est pas un être superficiel comme peuvent l’être d’autres civilisations qui connaissent l’opulence.

En revanche, notre homme ne se montre pas forcément tendre avec ses collègues qu’il rencontre au cours de ses missions sur le terrain. Certains passages sont durs envers eux. Quand Ryszard Kapuscinski est au front, dans la guerre opposant le Salvador et le Honduras, il est décontenancé par les exigences des autres journalistes face à la réalité qui se déroule devant eux: « Gregor Straub de la NBC a dit qu’il devait avoir en gros plan le visage d’un soldat dégoulinant de sueur. Rodolfo Carillo de CBS a dit qu’il devait prendre un commandant effondré assis au pied d’un buisson et pleurant car tout son détachement avait péri » .

Devoir comprendre

z21271334V,Ryszard-Kapuscinski

L’ironie, Ryszard Kapuscinski l’utilise aussi pour expliquer l’Histoire. Dans son livre, sous forme de carnet de voyage, le journaliste nous fait le portrait de personnalités politiques qu’il a pu rencontrer ou qu’il a analysé. Prenons Kwame Nkruma, le futur premier président du Ghana. Notre reporter ne cesse d’en faire l’éloge. Pourtant, il relate une anecdote assez significative. Le journaliste polonais se trouve à un meeting, au Ghana, en 196. En grand orateur, Nkrumah tient la foule en haleine de son charisme. Tout le monde est sous le charme de celui qui prône le réveil du peuple ghanéen:

« La foule quitte la place. Plus loin, je rencontre Kodzo. Kodzo est employé à la poste et amateur de boxe. Un copain. Je lui demande : « Pourquoi n’es-tu pas venu ? C’était intéressant.
– Est-ce que Kwame a parlé des paies ?
– Non.
– Tu vois. Pourquoi y serais-je allé ? ».

Aux côtés de Kwame Nkrumah pour le Ghana, le livre se penche avec insistance sur d’autres personnalités africaines. Patrice Lumumba, le président de la République démocratique du Congo; en Algérie postcoloniale, l’ouvrage passe en revue Ben Bella l’intellectuel, Abdelaziz Bouteflika, le partenaire de football qui le trahira pour s’emparer du pouvoir et le militaire et stratégique Houari Boumediene. Ces portraits sont riches d’enseignements. Quel était le contexte social, politique et économique à leur époque? Qu’ont-ils entrepris? Quelles ont été les conséquences?
L’idée pour Ryszard Kapuscinski est d’expliquer au lecteur pour qu’il comprenne.

« Si on veut comprendre l’Afrique, il faut lire Shakespeare.
Dans les pièces du dramaturge anglais, tous les héros périssent, les trônes dégoulinent de sang tandis que le peuple horrifié contemple en silence le grand spectacle de la mort. »

Toujours  riche d’enseignements, on découvre l’importance des bars en Afrique, pourquoi derrière le sobriquet de « guerre du foot », un conflit a éclaté entre deux États voisins d’Amérique centrale, le Salvador et le Honduras. Surtout, l’un des chapitre les plus passionnants porte sur l’Afrique du Sud. Il est une véritable Bible pour comprendre les racines de la ségrégation raciale dans ce pays. Qui sont les Boers? Comment le racisme s’est enraciné dans ce pays? Pleins de questions pour répondre à des soucis qui sont encore bien actuels, avec aujourd’hui, des revendications sur les terres sur pays.

9782266138093

En bref: Il n’y aura pas de Paradis reprend peu ou prou les mêmes éléments que le précédent ouvrage que nous avions découvert, Ébène- Aventures africaines. Deux livres complémentaires, deux livres d’une très grande qualité, tant dans la narration et ses actions, que dans ses enseignements. Les deux ouvrages se ressemblent, et pourront lasser certains lecteurs.

 

 

  • European_Parliament_Strasbourg_Hemicycle_-_Diliff

    La merveilleuse histoire de l’Europe

    « La merveilleuse histoire de l’Europe » Sous la direction de Jean-L…
  • fec464366218935900a0c02bc3a0a32a1559098068_full

    Dr Stone

    Grand amateur de mangas, je dois avouer avoir délaissé la bande-dessinée japonaise ces der…
  • photos-decouvrez-pauline-leveque-la-femme-de-marc-levy-qui-revele-le-prenom-de-leur-futur-bebe

    Ghost in Love, de Marc Levy

    Ghost in love, de Marc Levy Je l’avoue, je n’avais encore jamais lu de Marc Levy. Pourtant…
Charger d'autres articles liés
  • European_Parliament_Strasbourg_Hemicycle_-_Diliff

    La merveilleuse histoire de l’Europe

    « La merveilleuse histoire de l’Europe » Sous la direction de Jean-L…
  • fec464366218935900a0c02bc3a0a32a1559098068_full

    Dr Stone

    Grand amateur de mangas, je dois avouer avoir délaissé la bande-dessinée japonaise ces der…
  • photos-decouvrez-pauline-leveque-la-femme-de-marc-levy-qui-revele-le-prenom-de-leur-futur-bebe

    Ghost in Love, de Marc Levy

    Ghost in love, de Marc Levy Je l’avoue, je n’avais encore jamais lu de Marc Levy. Pourtant…
Charger d'autres écrits par samulak
  • European_Parliament_Strasbourg_Hemicycle_-_Diliff

    La merveilleuse histoire de l’Europe

    « La merveilleuse histoire de l’Europe » Sous la direction de Jean-L…
  • photos-decouvrez-pauline-leveque-la-femme-de-marc-levy-qui-revele-le-prenom-de-leur-futur-bebe

    Ghost in Love, de Marc Levy

    Ghost in love, de Marc Levy Je l’avoue, je n’avais encore jamais lu de Marc Levy. Pourtant…
  • sdr

    Chambre n°3

    Quel beau et lourd sujet que celui de la mémoire. Alzheimer est une maladie que nous conna…
Charger d'autres écrits dans Littérature

Laisser un commentaire

Consulter aussi

Mes premiers honoraires

Grinçant souvent, drôle parfois, Isaac Babel est un écrivain soviétique trop méconnu. Prof…